QUESTIONS SUR LE REIKI....

Publié le par Sylvie

Questions posées lors d'une journée "Découverte du Reiki" effectuée à dans une pharmacie d'Ozoir la Ferrière le 22 décembre 2005.

Le Reiki est-il une médecine parallèle ?

Le Reiki n'est pas une médecine. Il en est le complément.


Le Reiki est-il religieux ?

L'origine du Reiki -environ 2 500 ans- se trouve dans le bouddhisme, qui est une pratique spirituelle (principalement par le biais de méditation).


Le Reiki lui-même est absolument laïque et ne requiert pas de croyance pour être efficace. Il n'est donc pas nécessaire d'être bouddhiste pour être praticien Reiki ni de croire en quoique ce soit pour recevoir du Reiki.


Important
: Quand vous
 consultez un praticien, le caractère spirituel du Reiki n'apparaîtra pas dans la consultation. Comprenez par là que le praticien ne vous fera aucun discours sur la spiritualité et vous n'aurez pas à adhérer à quelque vue spirituelle que ce soit pour recevoir du Reiki.


Le Reiki est-il douloureux ?

Le Reiki n'est pas douloureux. Bien au contraire, c'est très délassant.


Par contre, ce dont vous souffrez peut l'être et il arrive parfois que les symptômes empirent quelques temps avant de disparaître. Les premières séances de Reiki détoxifient le corps et peuvent donner lieu, durant quelques jours, à des symptômes ressemblant à ceux de la grippe.


Dois-je ou puis-je interrompre mon traitement médical pour bénéficier du Reiki ?


Non, en aucun cas
il ne faut interrompre un traitement et le suivi de votre médecin, quelle que soit la nature de la médecine à laquelle vous avez recours. Le Reiki vient en complément de votre démarche médicale.


Le Reiki permet-il de poser des diagnostics
?


Le Reiki ne permet pas et ne requiert pas la pose de diagnostic.


C'est une action globale sur un plan énergétique qui peut avoir des retombées sur les plans physique et psychique et non pas l'inverse : le praticien Reiki ne fait pas de diagnostic physique ou psychique pour agir au niveau énergétique.

------------


Lors de cette journée portes ouvertes sur la découverte du Reiki effectuée dans une pharmacie à Ozoir, je me suis permise d'ajouter quelques mots sur la notion de pouvoir que pourrait détenir un praticien Reiki sur ses patients.


Les personnes n'osaient pas poser la question mais je sentais bien qu'elle était sous-jacente.


Il ne peut y avoir de relation de pouvoir
. En effet, le praticien met à la disposition du patient l'énergie universelle qui nous entoure. Elle ne lui appartient pas, il en est juste le "transmetteur" lors de la consultation.


Bien sûr, le praticien souhaite que son patient guérisse mais il ne dépend pas de sa volonté que cela arrive. Autrement dit, nous avons tous envie de soigner notre prochain mais ce n'est à la portée de personne de le faire.


La personne guérit seule simplement aidé par ce que le praticien met à sa disposition, que celui-ci soit médecin, psychiatre, psychologue ou praticien Reiki. 
 

Il y a bien entendu des détracteurs qui, sans connaître le sujet (peut importe le sujet d'ailleurs) "tapent sur tout ce qui bouge". J'ai lu dans un site que Mikao Usui, le redécouvreur du Reiki, était un gourou.


Mikao Usui a établi une déontologie d'aide aux personnes. Il a codifié un enseignement fait d'impositions des mains avec transfert d'énergie.


En tant que praticien, je lui rends hommage mais je ne le prie pas tous les jours. Pour faire une analogie, Albert Einstein a découvert la relativité, les physiciens, qui se servent de ses théories, l'adorent-ils tous les jours comme le veau d'or ? Je ne le pense pas.


Bref et pour conclure, il existe des praticiens honnêtes et soucieux de la santé tant morale que physique d'autrui, il laisse malheureusement la porte ouverte aux personnes sans scrupules (comme par exemple proposer des initiations par correspondance !). Je reviendrai sur ce sujet dans un autre article.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article